Israël, un pays aux multiples visages – Partie 2

Cet article est la suite du récit du voyage de Mélina en Israël

Conseil d’écoute de cet article : Nutmeg – Infected Mushrooms

Disclaimer :

Israël est un sujet sensible pour beaucoup, pour des raisons tout à fait entendables. Cet article n’a pas pour but de prendre partie sur la situation Israëlo-Palestinienne ou sur le sionisme en général. Le hasard a fait que ce pays s’est retrouvé dans la liste de mes pays visités, et le contenu ci-dessous n’est rien de plus qu’un compte rendu de voyage et visites.

Lorsque je traite des différences entre la vie sur place et celle dans les médias, je ne m’exprime que du point de vue « sécurité du voyageur » et ne prends en aucun cas parti sur les enjeux politiques de la région.

Sachant que visiter Israël est sujet à controverse, je tiens à souligner que l’éthique en voyage est un sujet assez complexe, propre aux sensibilités de chacun et surtout, à l’image donnée par nos médias des enjeux de chaque région. J’ai donc pris le parti de me faire systématiquement ma propre idée sur le terrain. 

Cet article est la suite de l’article Israël, un pays aux multiples visages – Partie 1

Une soirée à Be’er Sheeva

Le défaut avec les voyages d’affaires, c’est que nous sommes là avant tout pour bosser. Nous devons donc faire une croix sur nos envies de mer morte ou de visiter Massada : les sites ferment à 17h, avant même que nous ne finissions le boulot. Les excursions dans le désert ne valent le coup qu’avant la tombée de la nuit. Or nous ne voyons pas Israël de jour. C’est assez frustrant, j’ai d’autant plus l’envie de revenir, peut-être pour un séjour groupé avec la Jordanie cette fois-ci. Ce pays semble avoir tant de choses à nous montrer !

Nous décidons de passer notre troisième soirée à Be’er Sheeva, en compagnie de nos collègues vivant sur place. Ceux-ci pourront ainsi nous faire découvrir de bonnes adresses, et c’est une bonne occasion de team building. Nous finissons dans le quartier de l’université dans un bar nommé le « Coca », qui brasse sa propre bière, délicieuse par ailleurs. C’est l’occasion pour nous de découvrir Israël fêtarde. Et le pays n’est clairement pas en reste. Le bar quasiment vide à notre arrivée finira bondé à 23h.  Ça flirt, ça rit, ça boit.

Israël
Rue de Be’er Sheeva de Nuit – Crédit Photo : Mélina (téléphone)

 

Israël
Cocktail – Crédit Photo : Mélina (téléphone)

C’est aussi l’occasion pour nous d’en découvrir plus sur la vie à Be’er Sheeva. En Israël, le service militaire est obligatoire. Trois ans sur la ligne de front, à la Bande de Gaza, proche de la ville. La plupart voient cette expérience comme positive, bien que tous avouent qu’ elle a changé leur vie à jamais. Certains sont plus sceptiques, mais ils sont minoritaires. On nous explique aussi que les palestiniens côté Gaza se voient proposer de joindre l’armée israëlienne dans le conflit en cours, en échange de la nationalité. Ces « nouveaux israëliens » sont tous logés dans les mêmes zones. Le quartier de notre hébergement en est une. On sent chez certains de nos interlocuteurs une forme de racisme vis-à-vis de ces nouveaux arrivants. D’autres au contraire valorisent leur courage. D’une manière générale, on sent qu’il s’agit pour eux d’une question sensible et d’actualité.

L’un des discours qui nous marquera le plus est celui de notre supérieur hiérarchique, qui vit ici depuis toujours et regrette l’image négative donnée à Israël dans les médias. Ce n’est pas parce que le pays est en guerre qu’il est dangereux. Bien au contraire. Il compare son ressenti au notre à l’époque du reportage de Fox news sur les no-go zones à paris. On sent qu il regrette le peu d’intérêt que portent les gens à son pays.

Nous finissons la soirée tard et rentrons en taxi : par facilité, nous avons demandé à la barmaid de nous commander elle-même le taxi en hébreu.

Israël de nuit : Une soirée dans Tel’Aviv

Nous sommes plusieurs à avoir décidé de passer le dernier soir du voyage à Tel’Aviv. Un taxi nous emmène sur place puisque l’entreprise s’en charge, même s’il est bon de savoir qu’un système de train relie en 1h les deux villes pour moins d’une dizaine d’euros. Sur place, nous avons une réservation dans une auberge de jeunesse en plein centre. Il faut compter 20€ pour une nuit en dortoir, 60 pour la chambre privative. Le personnel est accueillant et facilitant, le roof top est super et la localisation imbattable. Il faut compter 110 ILS soit 25€ pour rallier l’aéroport. Très propre, très confortable.

Israël
Tel Aviv – Crédit Photo: Mélina
Israël
Tel Aviv de nuit – Crédit Photo: Mélina

Nous utilisons le système de bus pour nous rendre dans la partie « fêtarde » de la ville. Une habitante guide nos pas. Pour 6 ILS (1,5€), nous avons accès aux bus. Une réservation a été faite au Nanashka, restaurant Végan très prisé de la ville. Il faut compter une quarantaine d’euros pour un repas complet et du très bon vin. On est donc sur du haut de gamme, mais le jeu en vaut la chandelle : le lieu est magnifique et la nourriture délicieuse. J’y mange des plats que je pense ne jamais oublier, des dim sun à la truffe jusqu’à l’halva caramélisé, tout est extraordinaire. J’en oublierais presque les cannellonis de courgette à la crème de noix de cajou qui vaudraient presque le voyage. Des fois, le luxe peut faire du bien.

Israël
Restaurant – Crédit Photo : Mélina (téléphone)

Un déluge décide de s’abattre sur la ville. Celle-ci, peu habituée à voir la pluie, n’est absolument pas faite pour évacuer l’eau. On croirait par moment un film catastrophe tant tout semble dérailler. Nous nous réfugions boire un verre  de ‘boissons typiques d’ici’. C’est très cher, 10€ le verre. Nous prenons un taxi à 40 ILS (10€) pour rentrer à l’auberge.

Israël
Tel Aviv inondé – Crédit Photo : Mélina (téléphone)

Israël balnéaire : Tel’Aviv et Jaffa sous la tempête

Je me lève tôt le matin et libère ma chambre vers 9h. Des casiers à 7ILS (3€) me permettent de stocker mon backpack le temps de visiter. J’ai pré-téléchargé des plans de la ville via le WiFi de l’auberge et je décolle.

Il pleut par intermittence. Les rafales me fouettent le visage. Il fait 20 degrés, mais je n’ai pas prévu de vêtements chauds et je suis de plus en plus trempée. Je décide de remonter le long de la promenade de la plage, en passant par l’Opéra.

Israël
Opéra – Crédit Photo : Mélina

C’est très beau. On sent clairement qu’il s’agit d’une ville balnéaire, qui mériterait un tourisme dédié. Le lieu n’a rien à envier aux autres destinations prisées ! Je continue ainsi jusqu’au Port. Les mâts des bateaux se détachent sur fond de tempête. C’est quelque chose. Quelques courageux font leur footing du matin malgré le temps.

Israëm
Tel Aviv, ville balnéaire prisonnière de la tempête – Crédit Photo : Mélina

Je reprends ensuite la route descendant pour me rendre au Shouk. Ces marchés typiques sont partagées entre attrape-touristes et réelles perles. Je fais un premier passage pour prendre la température des prix. J’entends les locaux négocier de façon drastique. C’est noté pour le retour.

Israël
En chemin vers Jaffa – Crédit Photo : Mélina

Mes pas m’emmènent jusque la vieille ville de Jafa, à 20mn de marche. L’architecture d’époque est sublime. L’orage s’intensifie. Je finis littéralement trempée de la tête au pied. Mais le jeu en vaut la chandelle. Je déambule ainsi dans les rues pendant 1h avant de retourner au Shouk, où j’achète Tahin, épices, gâteaux cheveux d’ange et halva. Les prix sont vraiment intéressants et certaines denrées sont rares en France. J’en profite pour grignoter un sandwich poulet shawarma pour 20 ILS, avant de rentrer à l’hôtel.

Israël
Jaffa – Crédit Photo : Mélina

Le voyage retour : avant de prendre l’avion

Mes déplacements étant pris en charge par mon entreprise, j’opte pour le taxi pour rallier l’aéroport. L’avions décolle à 17h30, mais on m’a recommandée d’y être 3h avant. Le trajet prend 30mn.

A l’arrivée, un premier niveau de sécurité me permet de m’enregistrer. Ensuite, un second niveau me demande qui a fait mes bagages, puis une série de question sur ma famille et mes antécédents. Après quoi, ma valise est entièrement fouillée, et j’ai le droit à un palpage. Mon passeport est recontrôlé par des agents volants. Le tout se finit sur un contrôle douanier. En tout, j’aurais mis une bonne heure à passer la sécurité. Et je n’ai pas eu de soucis particulier.

Une fois dans le duty free, je commande un jus de banane et bouquine en attendant l’avion retour, d’aussi mauvais rapport qualité/prix qu’à l’aller. J’arrive à Paris pour 22h, le décalage horaire étant plus arrangeant dans ce sens.

Israël : Le bilan

Je n’ai malheureusement pas pu visiter tout ce que j’aurais voulu durant ce voyage. C’est la dure loi du voyage d’affaire : il ne coûte rien, mais t’impose ses contraintes. Mais le peu que j’ai pu voir m’a clairement intriguée. Ce pays est loin du pays religieux que j’imaginais. Entre villes balnéaires, lieus de sortie branchée et bagage culturel, c’est clairement une étape de voyage intéressante, et les prix sur place sont variables : un backpacker fauché saura trouver les bonnes affaires. Idéal pour 4/5 jours, même si, pour ma part, j’aurais couplé avec la Jordanie.

L’éthique/le bien fondé de l’existence de ce pays est une autre question, un autre débat, d’autres pays aussi discutables sont à la mode, et c’est à chacun de faire ses choix à ce sujet.

Un voyage enrichissant pour ma part, dont je garderais un très bon souvenir !

Annexe : Que ramenener ?

Parce que je me suis posée la question, et parce que les informations ne font pas foison, voici une petite annexe pour vous éclairer.

Personnellement, j’aurais tendance à dire « rien, économise pour te payer un prochain voyage ». Néanmoins, il est vrai que certains aiment profiter d’un voyage pour ramener des choses typiques du lieu en question. Voici une liste non exhaustives des choses qu’il peut être intéressant de glisser dans sa valise retour :

  • Les épices : Shawarma, Epice Houmous, Massala, Tikka, Tandoori, etc… Les épices sont très peu chères, d’autant plus comparé aux prix français ! Pour une trentaine d’euros, j’ai ramené 200g de 6 épices différentes, toutes très chères en France. Pour couronner le tout, ce sont des épices faciles à cuisiner
  • Le Tahin : Si vous aimez cuisiner du Houmous maison, les pots de 1L de cette crème de sésame sont vendus environ 3€, ce qui n’est absolument pas comparable au prix français
  • L’helva. Je vous recommande de goûter d’abord, mais cette spécialité israëliene est difficile à trouver en France, et les prix seront beaucoup plus importants
  • Des dattes : très bonnes, et peu chères, elles sont, en plus, faciles à transporter
  • Des fromages et des vins : Israël produit de très bons fromages, notamment de brebis, ainsi que des vins très sympas. Souvent, les vendeurs vous proposent de goûter, ce qui vous permet d’avoir une idée de la marchandise avant achat
  • De l’huile d’olive : la provençale inconditionnelle que je suis vous dire de plutôt partir à Marseille pour ces achats là, néanmoins, je plébiscite votre utilisation sans modération de l’huile d’olive, et elle sera là-bas bien moins cher et bien meilleure qu’à Monoprix
  • Des objets en cuir : La possibilité de négocier chez les marchands vous permettra d’obtenir de très beaux objets en cuir à très bas prix, ça peut être un très bon investissement.
  • Des objets religieux : Jérusalement en regorge, et à très bas prix. Les personnes croyantes apprécieront
  • Du cachemire : Son prix est très intéressant et la qualité est là

Annexe : Si j’avais été uniquement touriste, qu’aurais-je fait en une semaine en Israël ? Pour quel prix ?

Et parce que ce voyage m’a donné envie d’y retourner, voici mes suggestions pour une semaine en Israël, budget inclus !

Jour 1 :

Paris – Tel Aviv – 300 à 400€

Prenez l’avion aux alentours de 23h pour arriver à Tel Aviv vers 5h. Prenez ensuite un taxi si vous êtes plusieurs (110 ILS) ou la navette (30 ILS) pour rejoindre le centre ville.

Jour 2 :

Déboursez 15 ILS pour une journée de casier à l’auberge, et rendez-vous au marché faire vos emplettes. Pour 100ILS par personne, vous devriez avoir de quoi cuisiner 3 à 4 repas selons vos gouts et apétits. Prévoyez un repas bagels, ils sont délicieux là-bas, ce serait dommage de partir sans les avoir goûtés.

Prévoyez 12 ILS pour l’accès au bus journée et ainsi découvrir Jaffa et Tel Aviv.

Optionnel : Vous pouvez choisir de diner au Nanashka, l’excellent restaurant Vagan, pour 160 ILS. Vous ne serez pas déçus.

Jour 3 : Jérusalem

La nuit à l’auberge et le petit déjeuner vous coûteront 80 ILS

Prenez ensuite un ticket A/R pour Jérusalem pour 70 ILS. Sur place, vous pouvez optionnellement réserver 100 ILS pour visiter des musées, et 100 ILS de plus pour des emplettes. Pour le midi, dégustez un fallafel pour 50 ILS, ils sont délicieux !

Prévoyez 12 ILS supplémentaires pour vous déplacer sans soucis.

Jour 4 : Haifa ou Mer morte

Sur cette journée là, vous pouvez, au choix, visiter Haifa, ou partir voir la mer morte. Il faut compter 70 ILS de train, et 12 ILS de bus divers.

La nuit et le petit déjeuner sont toujours à 80 ILS.

Je vous conseille encore une fois de prévoir vos repas pour environ 30 ILS. Le soir, vous pouvez optionellement ajouter une sortie pour 100 ILS sur Tel Aviv selon le choix.

Jour 5 : Massada

Profitez du 5eme jour pour partir visiter Massada. Il vous faudra prévoir environ 100 ILS pour vous rendre jusque-là. N’hésitez pas à vous rendre à mi-chemin la veille pour économiser des frais de déplacement.

Les déplacements vous couteront entre 80 et 150 ILS selon le point de départ, et la nuit encore une fois à 80 ILS.

Comptez encore une fois 60 ILS pour des repas faits maison.

Jour 6 : Plage et grand Tel’Aviv + retour sur Paris

Pour le dernier jour, faite un écart sur le budget et allez manger sur le marché, cela vous coutera environ 40 ILS mais sera délicieux ! Visitez ce que vous auriez manqué de Tel Aviv ou profitez de la plage. La nuit et le petit dej vous auront couté 80 ILS.

En option, vous pouvez prévoir 100 ILS de plus pour ramener des épices ou autres emplettes à la maison.

Prix total 5 jours sur place :

Transport : 300 à 400€

Hébergement : 4*80 ILS soit 320 ILS

Repas : 300 à 500 ILS selon votre appétit et les repas mangés à l’extérieur.

Transports : Environ 350 ILS

(Options) Sorties : 100 ILS

(Options) Musées : 100 ILS

(Options) Restaurant : 200 ILS

(Options) Shopping : 100 ILS

Vous voici donc avec un voyage allant de 500 à 800€ en fonction de vos choix financiers sur place, billets d’avion compris ! Il y a même moyen de réduire en optimisant vos déplacements et en ne mangeant que du fait maison . Le tout, pour 6 jours de voyage, soit environ 85€/jour. Et j’ai clairement surestimé la plupart des dépenses. Des backpackers débrouillards s’en sortiront pour beaucoup moins. Qu’attendez-vous ?

Une réflexion sur “Israël, un pays aux multiples visages – Partie 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *