A la conquête de la Bavière

Conseil d’écoute pour cet article: Paul Kalkbrenner – Sky and Sand

 

Cela fait maintenant 4 mois que nous sommes revenus du Canada. Pour la majorité installés à Paris, nous n’avons pas pour autant perdu notre bougeotte. Londres, Liverpool, Bretagne, Marseille, Brésil même, nous avons profité des weekends pour nous balader un peu, nos récits arriveront peu à peu. Nous voici en mai, avec ses jours fériés et surtout son weekend de l’ascension. L’occasion pour nous de partir plus loin ! Des amis habitant à Munich, ni une, ni deux, nous actons la destination et décidons de partir dans la magnifique 206 de LaGoune à la conquête de la Bavière !

Top départ depuis Paris, direction la Bavière !

Paris, 18h, nous voilà sur les starting-blocks pour un weekend à rallonge. Nous devons récupérer Julie, une blablacareuse. A 19h, nous sommes en retard mais décollons. La playlist habituelle nous accompagne sur le chemin, et les bavardages vont à tout va. Nous ne savons pas encore que nous venons de rencontrer une nouvelle amie, que nous reverrons plus d’une fois.  Le soleil se couche sur les champs de Lorraine et nous finissons par lui dire au revoir à Metz pour récupérer un nouveau covoit’.

Une arrivée très tard

Malgré les autoroutes sans limitation, nous arrivons à Munich à 3h du matin. Nous sommes épuisés. Nous dormons chez nos amis sur place: nous avons nos sacs de couchage, autant dire que nous sommes parés ! Demain, une grosse journée nous attend. Le temps de s’installer, nous nous endormons vers 4h du matin, déjà heureux du trajet partagé.

Découverte de Munich

Un petit dej’ bavarois

Le jeudi est férié, et nous nous retrouvons vers 11h pour déguster notre premier petit déjeunez bavarois, dans un très bon petit restaurant spécialisé. Nous pensions que l’expression « la bière est moins chère que l’eau » n’était qu’une exagération. Il s’avère que non. C’est donc armés d’une pinte que nous dégustons nos saucisses et choux. Repus, nous partons nous balader dans les rues de Munich, croisant des choses parfois étranges (on retiendra notamment le vélo à 6 autour d’un tonneau de bière, un concept qui n’a malheureusement pas dépassé nos frontières – quel gâchi :p !)

Rues de Munich – Crédit Photo : Mélina

English BierGarten

Après quoi, nos amis nous emmènent à l’English BierGarten. Nous découvrons là-bas même le concept d’un BierGarten : un parc géant, de grandes tablées partagées, des Maß de bière lourdes à porter, et des stands vendant bretzels, porcs, poulets, frites…

English Biergarten – Crédit Photo : Mélina

Les verres sont consignés à 1€, autant dire qu’il peut être intéressant de les garder. Nous dégustons notre bière sur fond de musique traditionnelle, tout en partageant des Bretzels. Le cadre est très joli, et le temps est chaud en ce mois de mai. Nos amis sur place nous expliquent qu’il s’agit là d’une après-midi tout à fait classique lorsque l’on vit à Munich. Je me rappelle encore de l’un d’eux nous expliquant « qu’il ne se souvient pas de la dernière fois où il n’a pas bu de la bière ». Là bas, il est facile de perdre la notion du temps. Les toilettes sont bondés, la faute à la boisson, mais cela semble faire partie de l’expérience Allemande.

English Biergarten – Crédit Photo : Mélina

Les surfeurs sauvages

Les têtes commencent à tourner quand nous quittons la tablée pour parcourir le reste du parc. Le soleil rasant éclaire les vélos accrochés sur le bas coté, les fleurs sont nombreuses… C’est décidément une belle journée de printemps.

A l’entrée du parc, nous découvrons l’une des étrangetés de Munich : les surfeurs ! En effet, le cours d’eau en ce point précis forme une unique vague, sur laquelle viennent jouer ces derniers. Nous prenons le temps d’admirer leur technique avant de nous diriger dans les rues de la ville.

Découvrons un restaurant bavarois

L’hôtel de ville est magnifique, et l’ensemble de l’architecture est soignée. Les rues, larges, et les trottoirs propres donnent à la ville un caché agréable. Nos amis nous expliquent que cette ville vit avec le poids de son passé de capitale nazi. Ainsi, certaines zones sont parfois fuies, car les souvenirs y sont trop durs. Nous réalisons d’ailleurs la date : dimanche, c’est le 8 mai…

Vers 18h, nos amis nous entraînent dans un restaurant bavarois très bon et peu cher, dans lequel nous passons une très bonne fin de soirée avant de rentrer chez nous. La journée, bien que courte, a suffi à nous achever, compte tenu de la fatigue de la veille, et nos hôtes travaillent demain.

Du Côté des Alpes Allemandes

Départ vers les montagnes

Nos amis n’étant pas disponibles sur Munich (boulot boulot), nous décidons d’aller visiter les montagnes entourant la ville. Il n’y a pas à dire, la Bavière est une région merveilleuse. Nous avons déjà envie de revenir y randonner.

Dachau, le poids du passé

A 9h, départ de la ville direction Dachau. Malheureusement, nous oublions nos appareils photos, et devons nous contenter de nos téléphones. L’accès à l’ancien camp de concentration et au musée est gratuit. Psychologiquement, la visite est difficile, mais nécessaire. L’Allemagne, c’est aussi ça, le poids d’un passé que l’on regrette.

Les lettres qui autrefois étaient posées sur le portail sont aujourd’hui fixées le long du mur. Pour le reste, tout est presque encore en l’état, jusqu’aux restes de chemins de fer à l’entrée. La documentation est très complète, l’immersion n’est malheureusement que trop forte. Mais, encore une fois, c’était nécessaire.

Vers midi, nous reprenons la route direction sud, pour accéder aux Alpes. En chemin, nous achetons de quoi faire des sandwichs et deux cagettes de bière, qui finiront d’ici quelques mois transformées en rangement pour lisseur à cheveux. L’expérience de l’achat dans un magasin de bière allemande, où les rayons sont pleins de dizaines de marques de bière, est grisante. Nous avons d’ailleurs beaucoup de mal à choisir.

A la conquête des montagnes

Wow.

Nous avons oublié nos appareils photos, mais nos yeux, eux, n’oublieront pas. La fonte des neiges. Les fleurs des champs. Les lacs. L’herbe verte. L’intégralité de la route est incroyable. Un vrai bonheur.

Les lacs de montagne

Arrivés à destination, nous traversons Schönau-am-Königsee, une petite ville assez touristique mais au charme indéniable pour déboucher sur le magnifique Königsee. La balade qui en fait le tour est merveilleuse. Nous nous arrêtons au bout du chemin, plongeons les pieds dans l’eau, et dégustons des bières en profitant de la vue. Nous cassons également la croûte sous un soleil radieux. La Bavière est vraiment une superbe région.

Königsee – Crédit Photo : Portable de Mélina

 Chiemsee – Crédit Photo: Le portable de Mélina

Nous retournons ensuite à la voiture et nous dirigeons vers le Chiemsee. Nous n’y restons que peu de temps car nos amis ont déjà fini leurs journées de travail et nous attendent pour l’apéritif.

Apéritif dans un parc

Rentrés à Munich, nous rejoignons nos hébergeurs chez des amis à eux. Les colocations ont l’air très agréables et les habitations de bonnes factures. Après quoi, nous nous dirigeons vers les quais de l’Isar, où nous dégustons de nouveau quelques bières. La petite île au milieu de la rivière est prise d’assaut par des adeptes de musique électronique, qui transportent leur matériel sonore sur des barques. Il semble vraiment faire bon vivre ici.

Qu’est ce qu’un currywurst ?

De nouveau pompettes, nous nous rendons au restaurant pour y déguster une nouvelle spécialité allemande : le currywurst le principe est simple : frites, saucisse, et sauce au curry. Et c’est diablement bon ! Le restaurant Bergwolf est particulièrement délicieux.

Soirée dans Munich

Un autre ami, venu de Zurich, nous rejoint après le repas. Avec lui, nous attaquons une soirée bien arrosée, à la conquête des bars de Munich ! Epuisés et éméchés, nous rentrons pour une courte nuit.

Munich, suite et fin

Le parc Olympique

Parc Olympique - Baviere

Parc Olympique – Crédit Photo : Mélina

Dernier jour, nous nous rendons au parc Olympique de Munich assez tard, fatigués de la soirée de la veille. Cette ville a décidément de très très beaux parcs, verts et fleuris, toujours ponctués de ces fameux Biergarten. Nous découvrons donc les installations de jeux Olympiques de Munich. Nous nous arrêtons ensuite dans un biergarten près du lac, puis prenons le petit déjeuner sur les hauteurs de la ville, pour enfin boire une dernière bière et déguster quelques Bretzel. Le soleil se couche. Déjà ? Décidément, nous nous sommes levés tard…

Parc Olympique - Baviere

Parc Olympique - Baviere

Parc Olympique – Crédit Photo : Mélina

Dernier restaurant bavarois

Nous finissons notre conquête de Munich par un dernier restaurant bavarois tous ensemble. Décidément, quel weekend !

A la conquête du château de Neuschwanstein et autres paysages de Bavière

Baviere

Les caribous, toujours sur les routes – Crédit Photo : Mélina

Nous partons tôt le lendemain car nous avons pour idée de faire un détour par le château de Neuschwanstein en chemin. Nous nous lançons donc dans les montagnes, et ses paysages à couper le souffle. Les champs, les fleurs, les montagnes. On se croirait dans une publicité. La route prend plusieurs heures mais nous finissons par arriver au château.

Paysage Baviere

Paysages de Bavière – Crédit Photo : Mélina

Visite du château

Chateau Baviere

Château de Neushwastein – Crédit Photo : Mélina

Le village contient trois châteaux, mais le plus connu est bien celui de Neuschwanstein, qui a notamment inspiré celui de la Belle au bois dormant. Il est situé sur une colline qu’il nous faut gravir pour accéder à la visite. Ce que nous faisons, bien évidemment. Nous ne gardons malheureusement pas un excellent souvenir de l’intérieur du château, beaucoup trop rempli de touristes. Mais l’extérieur en lui même vaut le détour !

Un dernier currywurst sur la route

Baviere Paysage

Paysage de Bavière – Crédit Photo : Mélina

Nous déjeunons un dernier currywurst avant de reprendre la route pour Paris. Nous comptons arriver à 22h. Nous avons une covoitureuse, mais nous avions sous-estimé le retour de long weekend… Nous arrivons à Paris à 4h du matin, lever dans 3h pour le travail ! Mais quelle aventure !

Bilan

Tout compris, ce weekend nous aura compter autour de 100€/personne. Les bières étaient peu chères et le covoiturage a permis de bien amortir le transport. Nous étions hébergés par des amis, mais le couchsurfing fonctionne également très bien dans la ville. Qu’attendez vous donc pour partir à la conquête de la Bavière ?

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *