Traversée du Canada : Les Rocheuses

Cette article raconte notre séjour au cœur des Rocheuses et il est la suite de l’article Traversée du Canada: de Montréal à Vancouver. Nous avons presque traversé la totalité du Canada. Après les grandes plaines, c’est l’heure du changement de décor.

Conseil d’écoute pour cet article : The XX – Crystalised

Rocheuses
Les monts William Booth vus de la David Thompson high way. Crédit photo : Clément

Nous entamons un voyage à travers des paysages blancs mais vous verrez au cours de l’article des invitations à découvrir une autre facette des paysages. Nous nous sommes beaucoup posé la question: « Mais à quoi peuvent ressembler ces paysages en été ? » J’ai trouvé la réponse ici, impressionnant : William Booth Street View

 

Arrivée à Calgary

Nous sommes arrivés à Calgary ! Nous logeons dans le motel le moins cher du coin appartenant à la chaîne Best Western Plus, à la sortie de la ville. Notre séjour à Calgary durera 4 jours et 3 nuits. Le motel est sympa. Nous sommes sur la coursive du premier étage et les chambres sont clean. Le chauffage marche à plein régime et ne faillit pas. Heureusement, car dehors, les températures descendent en dessous des -25°C la nuit. Bémol au petit-déjeuner, les gâteaux ont l’air tellement chimiques, violets, roses, verts, fluos, que ça agresse les yeux de bon matin et ne donne pas faim, enfin selon nous.

Petite aparté, ce qui est intéressant dans ce voyage, c’est de se rendre compte de la différence de culture entre le Québec ou plutôt l’Est du Canada (très influencé par l’Europe) et le reste, bien plus influencé par les Etats-Unis. La nourriture en supermarché, les mentalités ou encore la façon de consommer dans le Grand Ouest Canadien se rapprochent bien plus de celles de son grand pays frontalier.

Tôt le matin, nous partons, après 30 min de dégivrage de voiture dans le froid glacial. Il fait tout juste -20°C. Le ciel est d’un bleu azur, les Rocheuses canadiennes empêchant en cette période tous les nuages de passer en Alberta.

La route pour aller aux Rocheuses est magnifique. Les montagnes se dressent à l’horizon dans le ciel toujours plus bleu. En chemin, nous nous apercevons que chacun puise dans son champ du pétrole. Le nombre de forage est impressionnant. Parfois les puits se regroupent. On devine dans les entrailles de la terre une poche d’or noir. Pas étonnant qu’en Alberta le prix du pétrole soit l’un des plus bas du Canada – environ 0.65 $/L à notre époque.

Rocheuses
Les Crêtes près de Cres Falls. Crédit photo : Clément
Rocheuses
Mont William Booth SE2 et ses petits nuages. Crédit photo : Clément

Les parcs nationaux de Yoho, Banff, Glacier et Mt Revelstoke

La seule grosse route qui permet de franchir les Rocheuses traverse tous ces Parcs Nationaux. Mais pour les explorer, il faudra arpenter des routes plus ou moins sinueuses et enneigées. Si vous avez peur de la neige et du verglas, mieux vaut s’abstenir. Cela dit, à petite vitesse et en étant prudent, il n’y a aucun souci.

Les parcs sont gratuits le weekend, ce qui est un avantage. En semaine, il est possible de passer outre la barrière en empruntant les chemins de traverses mais à vos risques et périls. Les Voyageurs Fauchés n’incitent certainement pas à ça mais nous nous sommes rendus compte de se stratagème par erreur, pensant qu’il s’agissait de la bonne voie. Cela dit, comme cette route est gratuite, elle est bien moins entretenue, plus dangereuse. Le revers est là, si si il y en a toujours un !

Rocheuses
La zone naturelle de Douglas Fir. Crédit photo : Clément
Rocheuses
Monsieur le bouquetin prend la pause ! Crédit photo : Clément

Nous choisissons de faire le tour des lieux remarquables.

Les lieux remarquables : l’essentiel 

Tous les lieux où nous sommes allés et que nous vous présentons sont gratuits.

Lake Louise

Rocheuses
Un jour blanc à Lake Louise. Crédit photo : Clément

Lake Louise, c’est trois lieux: une petite ville, une station de ski et, comme son nom l’indique, un lac. Sur ses bords, sont nichés de somptueux hôtels à vocation thermale. C’est un sanctuaire entouré de montagnes, calme et paisible. Ça vaut vraiment le détour. En hiver, le lac est complètement gelé et on peut se balader dessus en ski, en patins et bien sûr à pied. L’ouverture que crée le lac dans le paysage est stupéfiante. Un conseil: il faut y aller vers midi, au moment où le soleil est à son zénith. En effet, comme Lake Louise est entouré de montagnes, il ne sort que très peu de temps de l’ombre de ses colosses, 4 h par jour à cette période.

Rocheuses
Un autre jour bleu azur à Lake Louise. Crédit photo : Amélie

Un sentier de 18 km permet de prendre de la hauteur, sortir de l’ombre et observer le lac d’un autre point de vue. Attention, il est difficile, et surtout quand le sol est recouvert de son épais manteau blanc. Cependant, c’est aussi un avantage pour la descente, enfin pour ceux qui n’ont pas peur. Ni une ni deux nous redescendons à Lake Louise en  glissant sur les fesses, un bobsleigh de fortune qui nous propulse à travers ces montagnes, ces forêts magnifiques.  Par ailleurs, il y a de multiples belvédères accessibles en moins de 2 km de marche et qui permettent d’observer la ville et son lac.

Rocheuses
Le majestueux loup de glace sur les bords du lac. Crédit photo : Clément

Nous avons beaucoup aimé les sculptures de glace qui trônaient sur le lac. Un tailleur avait réalisé un château de glace, des animaux des Rocheuses et avait emprisonné de belles fleurs dans des boules de glace translucides. Lorsque la luminosité baissait avec le jour et que les lumières de Lake Louise s’allumaient, cela donnait au lieu une ambiance particulière.

 

Banff et son park

A Banff, nous avions planifié plusieurs choses comme prendre le funiculaire pour le mont Saint Sulphur ou encore faire la randonnée de la Tunnel Mountain. Cependant, le froid et la fatigue ont eu raison de nous, et nous n’avons pas suivi notre plan. Toutefois, je pense que la randonnée de la Tunnel Mountain vaut le détour: si vous avez l’occasion et que vous voulez prendre de la hauteur en peu de temps et sans trop se fatiguer, cette petite randonnée est faite pour vous. Elle permet d’atteindre des vues panoramiques sur la vallée de Banff. Ne vous y trompez pas, il n’y a aucun tunnel, le nom venant juste du projet avorté de construction d’un tunnel ferroviaire pour la Canada Pacific Railway (CPR) qui aurait permis de traverser la montagne. Ce projet n’a jamais vu le jour car les coûts étaient exorbitants.

Banff est une très jolie ville de montagne, un peu touristique mais qui, le soir, se pare de nombreuses lumières, ce qui crée une ambiance vraiment chaleureuse et apaisante. Nous avons mangé ici une Beaver Tail (queue de Castor) avant de rentrer à Calgary pour la nuit.

Rocheuses
Saskatchewan River entièrement gelée – vue vers l’Est. Crédit photo: Amélie
Rocheuses
Saskatchewan River au coucher du soleil – vue vers l’Ouest. Crédit photo : Clément

Pour les deux photos précédentes, si l’envie vous prend de jeter un coup d’œil  à une autre saison : Saskatchewan River et le Street view

Rocheuses
Clément et le lac Douglas. Crédit photo : Amélie
Rocheuses
Les bords du lac Douglas. Crédit photo : Clément
Rocheuses
Les plaques de glace sortant du lac. Crédit photo : Clément

 

The Spiral Tunnels

Les Spiral Tunnels sont un passage obligé pour les trains qui doivent rejoindre la côte ouest du Canada. C’est une curiosité de la région pour l’étonnant chemin que suivent les rails.
Rocheuses

Nous avons cherché de longues heures les rails en sortant, mais pas facile de les apercevoir sous l’épais manteau blanc. Le Spiral Tunnel, ou les Spirals Tunnels puisqu’il y en a deux, ont été construits par la CPR (Canada Pacific Railway)  pour franchir la Big Hill, une montagne sur la route pour la Colombie Britannique. Là aussi, une énorme difficulté: la pente abrupte ne permettait pas aux trains chargés de passer. Depuis le début du XXème siècle, de nombreux ingénieurs de la CPR se sont penchés dessus et ils ont décidé de palier ce problème en doublant la distance parcourue afin de réduire la pente. Ils ont alors fait des boucles (spirals) montant en pente douce à l’intérieur de la montagne. Un projet fou et qui a fait connaitre au monde cet étonnant tronçon.

 

Wapta Falls

 

Rocheuses
Le trio de la Traversée. Crédit photo : Clément

Accessibles après 4.5 km de marche difficile sur un sentier étroit et enneigé, elles s’offrent, magnifiques. Il est possible de se rapprocher de 3 km des Wapta Falls seulement l’été. L’hiver, la portion de route qui y mène n’est pas déneigée et il y a plus de 80 cm de neige.

Les Wapta Falls tombent dans un lac et celui-ci était à notre venue entièrement gelé. Il n’y avait que les abords tous proches de la cascade qui ne l’étaient pas. L’eau passe alors sous la glace. A nos risques et périls mais en prenant toutes les précautions, nous nous aventurons sur le lac gelé pour rejoindre la cascade. La glace est recouverte de plus de 50 cm de neige et il est difficile d’avancer. De temps à autres, les pieds s’enfoncent soudainement. La glace n’a pas cédé mais la poudreuse s’est tassée sous notre poids. En file indienne, nous traçons notre chemin jusqu’à ce gros rocher juste devant la cascade. Les gouttelettes d’eau projetées nous gèlent les cheveux. Nous grimpons le rocher, glissons, puis recommençons jusqu’à arriver au sommet. De l’autre côté : la cascade et l’eau semblent butter contre le rocher et s’engouffrer plus loin sur la droite sous la glace. C’est un spectacle impressionnant, dangereux, dans un vacarme assourdissant. L’adrénaline monte. Le paysage est somptueux dans les lumières chaudes de la fin d’après-midi. Derrière nous, plus loin, une île se dresse au milieu du lac gelé et nous donne un point de vue. L’eau projetée forme des arcs-en-ciel dans le ciel bleu et nous sommes seuls, définitivement seuls.

Rocheuses
Les Wapta Falls gelées. Crédit photo : Clément
Rocheuses
Wapta Falls et la colline gelées. Crédit photo : Amélie

Sur le retour, nous secouons les arbres enneigés pour provoquer des grosses chutes de neige sur nous : un bon souvenir et cela nous a bien fait rire. Plus loin, sur la route enneigée, le soleil déclinant offre de magnifiques paysages.

Rocheuses
Sur le retour des Wapta Falls. Crédit photo : Clément

 

Lac Emerald

 

Rocheuses
Panorama de Lac Emerald en Hiver. Crédit photo : Amélie

Si vous voulez voyager virtuellement pour voir à quoi ressemble ce magnifique lac l’été, cliquez ici: Lac Emerald

Lorsque le soleil passe derrière les montagnes et enflamme leurs sommets, nous arrivons au lac Emerald.  Le bord de ce lac est habité, ce qui le rend accessible en voiture toute l’année. La route qui y mène est une piste déneigée qui descend sur une dizaine de kilomètres jusqu’au lac. Ainsi, la pente nous offre de superbes photos avec les rayons rougeoyants du soleil déclinant. Le nom  du lac vient de la couleur bleue-verte de ses eaux, mais nous n’aurons jamais la preuve, tout étant blanc en janvier. Le lac est comme presque tous les autres, complètement gelé. Nous nous baladons dessus. La brume monte en cette fin d’après-midi et cela donne au lieu une atmosphère étrange. Il est entouré de montagne à la hauteur vertigineuse. Nous nous sentons vraiment tous petits dans ce lieu immense.

Rocheuses
Sur la route du Lac Emerald. Crédit photo : Clément
Rocheuses
La brume monte doucement sur le lac. Crédit photo : Amélie
Rocheuses
Marche sur le lac gelé. Crédit photo : Clément

 

Johnson Canyon

A 30 min de Banff, il très facile d’accès, même l’hiver, et offre en quelques minutes de marche un décor magnifique. Le canyon fait environ 4 km de long et est équipé d’escaliers, de plateformes et de passerelles. Attention, l’hiver, c’est un peu une patinoire mais des rambardes de sécurité sont là. Au fur et à mesure de la visite, les chutes se succèdent, de plus en plus grandes, et les torrents sont de plus en plus puissants. Deux chutes principales valent le détour: la Lower Fall et la Upper Fall – pas très original comme nom mais bon. Ce qui est impressionnant en cette saison, c’est que la glace a entièrement emprisonné dans une bulle certaines cascades, ce qui les rend étonnamment silencieuses.

Rocheuses
Au cœur du Johnson Canyon. Crédit photo : Clément
Rocheuses
Lower Fall du Johnson Canyon. Crédit photo : Clément

 

The Natural Bridge

Ce pont naturel constitue les prémices de l’apparition d’un futur canyon. Il ne faut pas s’attendre à un gros pont. La définition serait plutôt passerelle et nous n’avons pas le droit de passer dessus. Il est moins impressionnant qu’on ne le croit mais assez beau pour valoir le détour. En été, il doit avoir un aspect totalement différent, la neige nous cachant sûrement des choses. Il est 17 h, le coucher du soleil approche, le ciel passe du bleu au rose en passant par le violet, ce qui annonce notre retour à Calgary.

Rocheuses
La grosse fissure en bas à gauche est le Natural Bridge. Crédit photo : Clément
Rocheuses
Les lueurs du soleil déclinant. Crédit photo : Clément

 

Moraine Lake

En hiver et à cause de l’épais manteau blanc, des sites ne sont pas accessibles en voiture, il faut alors randonner. Nous n’avons pas pu voir le majestueux lac Moraine pour cette raison. Sans raquettes, il nous était impossible de parcourir les 11 km qui séparent le lac de la route principale. Dommage.

Sur le retour vers Calgary, de magnifiques paysages s’offrent à nous sous le soleil couchant. Nous traversons de vieux ponts branlants pour nous rapprocher des lumières.

Rocheuses
Helena Peak et la Bow River. Crédit photo : Clément

Allez, une dernière pour la route, une vue d’été de cette dernière photo: Helena Peak

Rocheuses
Coucher de soleil sur les Rocheuses. Crédit photo : Clément

Notre parcours dans les Rocheuses fut magnifique et nous n’avons qu’une hâte: y retourner l’été pour voir l’autre facette de ces montagnes. Mais en attendant, nous devons remonter à Calgary pour prendre demain matin le bus avec lequel nous les traverserons. Ça y est, notre périple Canadien va bientôt toucher à sa fin: demain nous serons sur les rives du Pacifique à Vancouver !

5 réflexions sur “Traversée du Canada : Les Rocheuses

    1. Nous n’avons malheureusement pas eu beaucoup de temps sur place. Suffisamment pour apprécier ces paysages extraordinaires, mais jamais assez pour en faire le tour. Vivement que l’on y retourne !

  1. Bonjour, comment êtes vous parti? Vous êtes vous arrêté tout au long de la route? Quel a été votre budget? Des conseils pour des futurs roadeurs ? 😉

    1. Bonjour,

      Nous sommes partis en bus, tu trouveras tous les détails dans cet article :
      http://lesvoyageursfauches.com/2017/01/30/traversee-du-canada/
      Pour le budget, nous avons fait un article avec le détail des dépenses par jour, il devrait répondre à tes questions à ce sujet : http://lesvoyageursfauches.com/2017/02/06/budgetiser-son-voyage-canada-et-cote-est-usa/
      Quant au conseil, « JUST GO » me paraît le meilleur des conseils 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *