La Gaspésie, grandiose en toute saison #2

Cet article est la suite du récit de notre road trip en Gaspésie. Pour lire la première partie, cliquez ici.

Conseil d’écoute pour cet article : Ayo Technology – Milow

Une nuit au bord de l’eau en Gaspésie

Gaspésie
Maisons de Gaspésie – Crédit Photo : Mélina

Un repas de fortune

La randonnée s’étant finie au début de la soirée, nous choisissons de rouler de nuit jusqu’à Gaspé, afin de pouvoir profiter de la côte au petit matin. Nous trouvons une aire de camping aménagée au bord d’un lac et commençons un feu de camp. Mais la tempête guette et nous finissons par éteindre les flammes et nous réfugier dans la voiture. Nous y dégustons la fin des pâtes, option œufs durs et vinaigrette. L’avantage du Dodge Caravan, c’est que l’on peut y improviser une salle à manger pour 6 une fois les sièges repliés. Nous n’irons pas jusqu’à dire que c’est confortable, mais nous sommes à l’abri du vent.

Une nuit mouvementée

La tempête s’amplifie. Nous préférons passer la nuit dans un endroit plus proche de la civilisation. Nous reprenons donc la route vers minuit. Nous rejoignons la côte pour y garer notre logement de fortune. La voiture est mal isolée, nous en avons fait les frais la veille. Cette fois-ci, nous décidons d’aménager la voiture en largeur afin d’être collés les uns aux autres et, ainsi, conserver le peu de chaleur. Les vitres gèlent. -3 degrés, et on ne parle pas de la température ressentie. Le ciel se couvre et vient peu à peu chasser le gel.

Rencontre inattendue

Marion se réveille à l’aube. Le lever de soleil sur la plage est incroyable. Quelque chose bouge au loin, sur le sable. Il semblerait qu’un phoque soit venu nous dire bonjour. Mais la fatigue l’emporte et nous nous réveillons véritablement que vers 9h du matin.

Jour 3 : De Gaspé à Percée, puis la Baie des Chaleurs

Un petit déjeuner réconfortant

Plages Gaspésie
Paysages au réveil – Crédit Photo : Mélina

Nous avons froid, et nous sommes fatigués. Nous abandonnons la plage de sable pour rejoindre la ville de Gaspé. Celle-ci, toute petite, propose un certain charme. Des petites rues commerçantes, des façades en bois. La ville vaut l’escale. Nous y trouvons un Tim Hortons. Le chocolat chaud est devenu un besoin. Quelques beignes dans le ventre et bien réchauffés, nous reprenons la route le long de la côte.

Gaspé - Gaspésie
Gaspé – Crédit Photo : LaGoune

Cap-des-Rosiers

cap des rosiers - Gaspésie
Cap des rosiers – Crédit Photo : LaGoune

Nous arrivons bientôt à la pointe Forillon, au Nord de Gaspé. Le village pêcheur de Cap-des-Rosiers est célèbre pour son phare, qui surplombe le Saint-Laurent, qui se jette en ce point précis dans le fleuve Saint-Laurent. Il s’agit du plus haut du Canada (34.1 m !), construit entre 1854 et 1858.  Sans même savoir qu’il s’agit de l’un des « immanquables » du voyage, nous nous précipitons hors de la voiture tant le paysage est à couper le souffle.

Cap des rosiers Gaspésie
Phare de Cap-des-Rosiers – Crédit Photo : Mélina

Le long de la côte

12232838_10207884420849411_421118423912910782_o
Plages de Gaspésie – Crédit Photo : LaGoune
12304564_10207884420649406_7876131427230267352_o
Plages de Gaspésie – Crédit Photo : LaGoune
12291859_10207884421929438_3942373599332252168_o
Plages de Gaspésie – Crédit Photo : LaGoune
12291842_10207884422889462_1795079735384138199_o
Plages de Gaspésie – Crédit Photo : LaGoune
12273593_10207884423729483_850861067106749632_o
Plages de Gaspésie – Crédit Photo : LaGoune
12248104_10207884423009465_3812063427955649665_o
Plages de Gaspésie – Crédit Photo : LaGoune

 

Les paysages maritimes se succèdent et varient. Entre roche rouge et jaune, falaises et plages. La route est incroyable. Nous nous arrêtons régulièrement pour pendre des photos. Nous prenons notre temps. La météo n’est pas clémente, avec ces rafales de vent et cette pluie glaçante. Mais même sous les nuages, la Gaspésie ne manque pas de charme.

Percé

Percé Gaspésie
Arrivée sur Percé – Crédit Photo : LaGoune

C’est ainsi, en continuant notre chemin, que nous arrivons à Percé. Ville plus que célèbre, elle doit notamment sa notoriété à ce fameux rocher. C’est un îlot rocheux escarpé, possédant une arche naturelle. Fut un temps, il y en avait deux, mais les vagues ont eu raison d’une partie de cette dent en 1845. Il n’en reste qu’une colonne. D’ailleurs, l’arche actuelle disparaîtra sûrement d’ici 400 ans. Cette anomalie fascine. Nous ne pouvons la quitter des yeux. Les rafales virulentes ne suffisent pas à nous chasser.

Rocher Percé Gaspésie
Rocher Percé – Crédit Photo : Mélina
Percé Gaspésie
Rocher Percé – Crédit Photo : LaGoune
Percé Gaspésie
Rocher Percé – Crédit Photo : LaGoune

Rencontre avec des phoques

PLage Gaspésie
Plage de sable rouge – Crédit Photo : Mélina
Vagues Gaspésie
Vagues – Crédit Photo : Mélina

L’arrêt suivant se fait le long d’une plage rouge. Nous sommes au parc du bourg de Pabos. Une ancienne voie de chemin de fer, sur notre droite, et un pont, relient les deux extrémités d’une magnifique baie. Le paysage est très sauvage. Quelques clichés suffisent à nous rassasier. Nous sommes sur le chemin du retour lorsque Marion accourt. Deux phoques joueurs sont sur le rivage. Ni une, ni deux, nous attrapons nos appareils pour partir à leur rencontre. Peu farouches, ils ne s’éloignent pas. Ils jouent à apparaître et disparaître. Ils nous regardent, prennent le temps de nous dévisager. Nous courrons ainsi après eux une demi-heure puis repartons.

Paysages Gaspésie
Paysages sauvages – Crédit Photo : Mélina
chemin de fer Gaspésie
Chemin de fer – Crédit Photo : Mélina
Chemin de fer (argentique) - Crédit Photo : Marion
Chemin de fer (argentique) – Crédit Photo : Marion
Phoque Gaspésie
Phoque – Crédit Photo : LaGoune

La Baie-des-Chaleurs

Maison Gaspésie
Maisons de la Baie-des-Chaleurs – Crédit Photo : Mélina

Connu pour être l’une des plus belles baies du monde, le paysage de la Baie-des-Chaleurs se révèle peu à peu. Celle-ci sépare la Gaspésie du Nouveau-Brunswick, et doit son nom à Jacques Cartier. Les plages se succèdent. Les villes sont plus nombreuses. Le soleil commence à se coucher à l’horizon. Nous trouvons une tour d’observation et nous y arrêtons afin de regarder le soleil disparaître derrière les falaises. Les couleurs d’automne, le rouge du crépuscule, le bleu de l’eau. Qu’est-ce que c’est beau !

Baie des chaleurs Gaspésie
Couché de soleil sur la Côte Nord – Crédit Photo : LaGoune
Maison Gaspésie
Maison bleue – Crédit Photo : LaGoune

Le retour

Voilà qui met fin à notre incroyable road trip. Nous roulons non-stop jusqu’à Montréal, en changeant juste de conducteur régulièrement. Nous arrivons à Montréal à 3h du matin. En deux jours, nous avons roulé presque autant qu’en 10 jours aux USA. C’est clairement notre voyage le plus ambitieux en nombre de kilomètres. Du moins, c’est ce que nous croyons alors…

« Depuis deux ans, il marche sur la terre. Pas de téléphone, pas de piscine, pas d’animaux de compagnie, pas de cigarettes. Liberté ultime. Être un extrémiste. Un voyageur esthète dont le domicile est la route. » Into the Wild

Plus de récit en nature ? Découvrez le récit de notre week-end en Vérendrye !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *